Actu   
Mes écrits récents
Autres publications

English translation
Jules Ferrieux

Partenaires

Editions du Petit Pavé

Editions La Bouquinerie

Editions CPE Marivole

Editions Lettropolis

Corsicapolar

Une mémoire pour l'avenir

Assoc. Forteresses

Visitez le BLOG


Petite Histoire de la Drôme

Pour vivre heureux, vivons cachés... La Drôme a bien compris le message, elle qui n’a pas d’histoire ou plutôt pas de livre d’histoire spécifique, tandis que l’Ardèche, sa sœur voisine, fourmille d'ouvrages sur son passé. La Drôme est une terre de passage, dévastée du nord au sud pendant des siècles. La Révolution a créé le département ex-nihilo. Celui-ci est-il resté un artifice ? Deux siècles ont passé. Séparée de sa province du Dauphiné, l'entité drômoise est très bien vécue. Peu de ses habitants se sentent Dauphinois même s’ils cuisinent le gratin... La Drôme du Sud s’est autoproclamée provençale tandis que le Nord du territoire s’attache le vocable « colline ». Malgré ces disparités, il fait bon vivre dans la Drôme ! Il ne faut surtout pas l’ébruiter… les peuples heureux n’ont pas d’histoire ! Remédions à cette lacune en espérant ne pas perturber sa douce quiétude. On trouvera dans cet ouvrage d'accès aisé et ludique : une présentation du département de la Drôme sous ses différents aspects contemporains, l'Histoire du territoire en suivant des chapitres chronologiques, des pages d'activités, questionnaires à double choix, mots croisés, mots mêlés.

Claude Ferrieux est l'auteur de Meurtre à Romans (2011), qui a rencontré un accueil très favorable de la part du public. Ancien professeur agrégé d'italien, il s'intéresse à l'Histoire. Après plusieurs romans historiques et un ouvrage s'adressant aux lecteurs de 7 à... 97 ans, sur sa région d'origine, le Bourbonnais, il récidive avec cette Petite Histoire de la Drôme, département où il vit depuis plus de 10 ans.

« LA PREMIÈRE HISTOIRE DE LA DRÔME ! À METTRE ENTRE TOUTES LES MAINS CURIEUSES... », RENÉ SAINT-ALBAN.

192 PAGES 13 EUROS


La création du département de la Drôme
Elle date de 1790, sur un territoire précédemment
inclus dans la province du Dauphiné (chef-lieu
Grenoble)
. Chabeuil, initialement désigné comme cheflieu,
fut remplacé par Valence dès 1790.
Il englobait aussi des communes appartenant à la
Provence (au sud-est, dans les Baronnies), et au Comtat
Venaissin (sud-ouest, territoires de la papauté
d'Avignon)
, qui se trouvaient enclavées dans le Dauphiné.
En 1790, Orange et Carpentras (district de l'Ouvèze),
furent rattachées à la Drôme...


L'époque gauloise

.../ Des fouilles fructueuses ont été conduites au
Pègue (colline Saint-Marcel) de 1955 à 1985. L'âge du
Fer (le temps des Gaulois), a laissé de nombreux
vestiges comme les poteries pseudo-ioniennes qui,
influencées par la civilisation grecque, témoignent
des nombreux échanges qui eurent lieu entre
Massalia (Marseille) et les peuples gaulois qui
achetaient vin et huile aux Grecs de Massalia et leur
vendaient des céréales
. /...

Chapelle romane de Colonzelle : un linteau galloromain récupéré et posé à l'envers, représente un pont et des tonneaux


Émergence des Comtes d'Albon,
naissance du Dauphiné

L'origine de la famille des Guigues est controversée,
on la situe généralement en Vivarais. Le
premier document qui atteste leur possession de
biens vers Roussillon, date de 996. Partis du bas de
l'échelle sociale, ils vont se constituer un patrimoine
foncier de propriétés et châteaux (« par une politique
matrimoniale habile tout en accaparant les charges
épiscopales » et l'acquisition de « terres ou de
droits"publics", laïques ou ecclésiastiques, usurpés » en
outre, « ils vont se bâtir une armature castrale qui va leur
permettre d'être maîtres du ban et donc des droits de
justice, source de revenus économiques importants. »
Chantal Mazard, Dauphiné France P.U.G.)

Ils sont implantés près de Roussillon, mais aussi à
Vizille, non loin de Grenoble. Progressivement, ils
s'établissent à Moirans, Champsaur (Hautes-Alpes),
en Oisans, en Grésivaudan, en Briançonnais et vers
1070, dans la vallée d'Oulx (actuellement en Italie).
Au début du XIe siècle, les Guigues s'emparent du
titre de Comte, et en 1079, ils ajoutent la localisation
d'Albon, prélude à la naissance du Dauphiné.

La tour d'Albon


À la pointe du combat pour la liberté
(cf. Robert Chagny, Dauphiné France P.U.G.)
Dans la Drôme, à Étoile (près de Valence), se tint le
29 novembre 1789, une des premières fédérations
(rassemblements de gardes nationaux), qui se multiplieront
en Dauphiné et en France, jusqu'à la fédération parisienne du 14 juillet 1790. Mai 1788 : le début de la crise..../

Claude-Pierre Delay d’Agier, maire de Romans

10 septembre : assemblée préliminaire de Romans
Cette assemblée consultative a pour mission depréparer la nouvelle constitution des états du Dauphiné qui sera soumise au roi. Cette constitution (due pour l'essentiel à Mounier et Bathélémy d'Orbanne), élaborée en septembre, fut
adoptée en novembre (sans tenir compte des modifications que Louis XVI avait tenté d'imposer).
Les États sont composés de 144 membres (24 du clergé, 48 de la noblesse et 72 du Tiers-État). Les membres de droit (barons du Dauphiné) sont supprimés, tous les députés sont élus (pour le Tiers, le suffrage censitaire reste de règle). .../


Le renouveau républicain (1870)
La République sage qui a su étouffer la Commune,est bien accueillie dans la Drôme.L'Histoire de la vie politique locale est jalonnée par plusieurs personnages illustres.

Philippe Mathieu (1808 - 1865) dit Mathieu de la Drôme Sous la Monarchie de Juillet, il côtoie les milieux de l'opposition à Paris, puis dans la Drôme. En 1848, ilest élu à l'Assemblée législative, où il siège sur les bancs de la Montagne et se proclame pour un socialisme « qui doit purifier les sources de la propriété.» Arrêté lors du coup d'État de 1851, il est exilé et ne rentre qu'après l'amnistie de 1859. Dès lors, il s'occupe de météorologie et publie un almanach.

Théodore Morin (1814 - 1890)
Fils du conseiller général et maire de Dieulefit, héritier d'une famille de manufacturiers drapiers, il fut député de la Drôme de 1848 à 1870. Libéral, il publie en 1845 un Essai sur l'organisation du travail et l'avenir des classes laborieuses. Ce notable sera récompensé par l'Empire du titre de Baron de Malsabrier.
Émile Loubet (1838 - 1929) Issu d'une famille d'exploitants agricoles cossus à Réauville (près de Grignan), fils du maire de Marsanne, il fut avocat à Montélimar, conseiller municipal de Grignan, conseiller général puis président du Conseil Général, maire de Montélimar (1870 - 1899). Élu député de la Drôme (gauche modérée, 1876 - 1885), puis sénateur (1885 - 1899), il fut ministre des Travaux publics, président du Conseil (1892), président du Sénat (1896 - 1899), et président de la République (1899 - 1906).
Maurice Faure, petit-fils et arrièrepetit-fils de maires de Saillans allié à la famille des Barnave, il sera élu député de la Drôme de 1885 à 1902, et sénateur jusqu'en 1919. Il fut ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts en 1910.

Jules Pomaret dit Jules Nadi (1872 - 1928) Franc- maçon, socialiste en 1898 et secrétaire de la fédération drômoise de la S.F.I.O. créée en 1905, il est élu conseiller général (Grand - Serre,1910, Romans 1919 - 1928), député de Valence de 1914 à 1928, et maire de Romans de 1920 à 1928. Dans sa ville, il a eu une action novatrice et sociale (office d'habitation bon marché, construction d'une cité - jardins, des halles de Romans, consultation des nourrissons).


La Seconde Guerre mondiale

.../

Les petits groupes de Résistants s'intègrent, après 1942, à des mouvements plus vastes, au nord, tournés vers Lyon, M.U.R. (Mouvements Unis de Résistance), au sud les F.T.P. (Francs-tireurs et Partisans), sont proches du parti communiste, et le
réseau Buckmaster dépend des services britanniques.


Maquis F.T.P. à Châteauneuf-de-Bordette


Copyright © 2004 - Editions Scalea - Studiare italiano - Tous droits réservés.[Design by : Kits Graphiques TK]

Fractale de Bernard Chancogne